Votre rpg sur Grey's Anatomy
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aisling (UC)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aisling M. McCormick
Non qualifié
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 0:28

    { INFORMATIONS RAPIDES

    Prénom : Aisling Marilyn Satiah... Souvent, on préfère l'appeler Marilyn, ou Mary... Parce que son autre prénom est difficile à retenir, d'autant plus qu'il ne se prononce pas comme il s'écrit -Aisling se dit Eichleen à peu près... Cependant, elle aime beaucoup son premier prénom, signifiant rêve, beaucoup moins glamour à son goût que Marilyn. Quant à son troisième prénom, que sa mère sort tout droit de l'histoire Egyptienne, puisque Satiah fut une reine, peu de gens connaissent son existence, et le nombre de personnes qui l'appellent Sat' ou Satiah sont encore moins nombreux.
    Nom : McCormick [clin d'oeil au meilleur dessin animé jamais créé^^]
    Âge : 34 ans
    Métier : Médecine Interne
    Nationalité : Irlando-américaine
    Personnalité sur l'avatar : Avril Lavigne


    { CARACTÈRE
    S'il y a une chose que remarque tout ceux qui la croisent, pour une minute ou pour plusieurs années, c'est bien que la demoiselle ne tient jamais en place. En effet, pour qu'elle arrête de marcher en sautillant, de s'agiter tout le temps, il faudrait un événement d'une lourdeur insupportable, chose qui n'est jamais arrivée. Car, même dans les moments les plus durs, devant les autres, peut-être par respect pour eux, peut-être parce qu'elle ne veut pas se montrer faible, elle garde un sourire qui, pafois, semble à toute épreuve.
    Pour cette raison, il est dur de lui faire cracher le morceau sur ses sentiments, source, pour elle, de la plus grande de ses souffrances, en tout temps, car cette dépendance envers les autres dont elle a besoin comme tout un chacun lui font peur, et la force de ses sentiments encore plus. Ce qui n'empêche personne de savoir ce qu'elle pense de tout le monde, autant parce qu'elle ne se gêne jamais pour dire ce qu'elle pense, que parce qu'elle est une teigne à peine possible à imaginer avec les gens qu'elle déteste... Cependant, elle-même se perd dans ce qu'elle ressent, ce qui est peut-être son plus gros défaut.
    La demoiselle n'aime pas vraiment les autres jeunes femmes et a toujours, depuis son plus jeune âge, préféré jouer avec les garçons, ce qui ne s'est pas arrangé en grandissant. En fait, Mary a toujours préféré l'humour des garçons, leur compagnie -d'autant plus qu'elle aime se sentir protéger de façon efficace par ses amis-.. Ce qui ne l'empêche pas de ne jamais arriver à comprendre la concurrence qui s'installe souvent entre les garçons qu'elle fréquente, ses amis, sans comprendre que c'était tout à fait normal, puisqu'elle était la seule fille de la bande. Une chose aussi qu'elle a du mal à concevoir, et dont elle se fout un peu, c'est de la pudeur, qu'elle ne ressent jamais, comme elle ne se sent jamais ridicule, quoi qu'elle fasse.. Ce qui peut donner des scènes assez.. Etranges, puisqu'elle peut se trouver amenée à se déshabiller en public, gardant le strict minimum, ou à faire tout et n'importe quoi dans des lieux publics.
    Ce qu'elle préfère? L'égalité homme/femme....Néanmoins, c'est une vraie fille, et elle le revendique et si elle veut être logée à la même enseigne, elle ne veut surtout pas que l'on la voit comme n'importe quel autre pote, ou comme un garçon. Car, comme la plupart des personnes, la jeune femme aime plaire, comme pour se rassurer, sans jamais être allée plus loin que quelques échanges de sourire avec la plupart des hommes.
    Souvent elle aime à imposer son style, ne laisse son intelligence -grande, il faut bien l'avouer- se faire piétiner, et tient à être respectée - ce qui n'a pas toujours été le cas...

    Ai est une jeune femme qui ferait tout son possible pour ses amis, et regarderait avec plaisir son ennemie mourir la bouche ouverte, sans même songer un instant à lui venir en aide, peut-être un peu cruelle sur les bords, elle aime à faire souffrir ceux qu'elle déteste, pour une raison ou une autre, toujours assistée de quelques uns de ses amis... Heureusement, elle n'a que peu d'ennemis, de par son caractère agréable, qui fait sourire, ou qui insupporte ceux qui trouve une personne active trop fatigante à suivre, mais qui jamais n'énerve.
    Rusée, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, et est indépendante, malgré ceux que certains peuvent penser; elle a aussi beaucoup de répartie, et sait toujours taper où ça fait mal. Têtue et déterminée, elle ne manque jamais d'audace.
    Adroite et agile, elle l’est autant avec son corps qu’avec les mots, avec qui elle aime jouer. Assez curieuse et même vraiment sagace, sa perspicacité en étonne plus d’un. De plus, elle est très franche, même envers les personnes qu’elle voit pour la première fois, voire provocatrice et blessante par moment.

    Malgré tout, Marilyn aime s'amuser, entre amis souvent, elle aime faire la fête, mais préfère encore partager des moments avec les personnes qu'elle aime.
    Malheureusement, elle est un peu trop émotive, et hésite souvent avant de faire un choix.. De plus, même si elle a conscience de ses capacités, elle doute toujours d'elle-même... Et encore plus de ses sentiments.
    C’est une personne qui rit volontiers d'elle-même, elle aime ne pas se prendre au sérieux, à un point qui peut parfois dérouter.

    Elle aime aussi la nature de laquelle elle aimerait toujours se sentir plus proche, et collectionne les chiens.
    Elle est quelqu'un de très têtue, rancunière et ironique, finalement assez complexe.

    Dans son métier c'est un médecin hors pair, acharnée et déterminée, elle sait exactement ce qu'elle veut et rusera par tous les moyens pour y arriver...
    Si elle a choisi ce métier, ce n'est pas pour sauver des vies humaines. Cela n'est que peu de chose pour elle qui pense l'homme fonciérement mauvais et qu'il vaudrait mieux en éradiquer la moitié, voire plus. Non, si elle fait ce qu'elle fait, c'est par amour des énigmes, et pour, en quelque sorte, jouer à Dieu, ou tout du moins, à toujours arriver à vaincre la malade.


    { PHYSIQUE
    Un peu trop petite selon elle, ce n'est pas l'avis de son entourage qui trouve sa taille totalement en osmose avec son caractère si doux et agréable, allant même jusqu'à apporter une touche supplémentaire à son charme. Ce fut un bonheur pour ses parents de voir qu'elle ne dépasserait pas le mètre soixante, car la mentalité légèrement dépassée de ses parents voulait qu'il ne faille en aucun cas être plus grande que les hommes, qui se sentiraient menacés dans leur virilité. Ils essayèrent de la rendre moins intelligente au passage et de lui donner un rapport plus « normal » au monde, sans quoi, elle ne serait jamais épousée par personne, selon eux. Ils n’ont réussis aucun des deux.
    Contrairement à la majorité des femmes elle était très pâle et en est très fière, pour cette raison elle fuit UV et soleil comme la peste. De toute façon, elle n’a jamais aimé le soleil, et cette peau a toujours était, pour elle, d’une beauté rare. Malheureusement, le fait qu’elle soit blonde atténue sa pâleur naturelle. Elle aime avoir les cheveux détachés et mi-long, tombant sur ses épaules souvent dénudées, ou remontés légèrement, et tombant de toute façon pareillement.

    Son visage est de forme plutôt ovale, ses yeux, pétillants souvent d’une lueur étrange et presque indéfinissable, sont amandés et que très rarement grands ouverts et elle a de fins sourcils proches de ses yeux marrons.
    Elle est légèrement en dessous du poids recommandé, mais cela ne se voit pas sur son visage, ses joues ne sont pas creusées et son petit nez se porte à ravir. Pour son allure, gracieuse, légère, et surtout pour sa pâleur et la couleur de ses cheveux, on la jugerait plus suédoise qu’américaine, et pourtant. Cependant, son accent ne trompe que rarement, et lorsqu'elle ouvre la bouche sa voix douce et pleine de relief grâce à son accent Irlandais charme bien facilement -bien que l'origine de cet accent ne soit que très rarement découverte.

    Sat' est élancée et assez musclée, ni trop ni pas assez. Elle pèse un petit 42 kg ce qui, pour son mètre soixante ne représentent pas grand-chose. Ses épaules, fines et magnifiques, continuent sur des bras tout aussi fins se terminant par des mains longues et gracieuse, ses jambes ne sont pas bien grosses non plus. A première vue, elle peut avoir l’air assez fragile, mais elle vous en détrompera bien vite, si vous cherchez à profiter de sa pseudo-faiblesse, elle est forte presque autant sur le plan physique que mental et sait se défendre, aussi bien à mains nues qu’avec une quelconque arme.
    Elle possède aussi un tatouage en bas du dos, une panthère noire.

    Elle sait qu’elle a un physique qui pourrait lui attirer quelques facilités, et pourtant, elle n’en use pas. Elle aime mériter ce qu’elle a, et pour elle le mérite n’englobe pas « coucher avec tout le monde »... D'autant plus qu'en général, elle n'aime pas le monde.


    { HISTOIRE
    "Quel crime avons nous fait pour mériter de naître?"
    Lamartine


    Comme pour la plupart des personnes, il y a eu un moment où la petite Satiah naquit, aidée, légèrement, de sa mère, elle-même assistée par son mari, et quelques membres du corps médical. Pour elle, se fut en Avril en Irlande, ça aurait pu être un autre lieu, un autre moment, mais c'est celui-là que le destin avait choisi pour elle et, contente ou pas, elle devrait s'en accomoder.
    Son père, elle ne le connut que peu, et ne se rappelle pas vraiment de lui. A peine était-elle en âge de comprendre qu'il se fit empoisonner, sans qu'elle ait pu développer encore la haine qu'elle épprouvait pour tout les membres masculins de sa famille. Jamais elle n'en voulu à l'auteur de ce crime, qui n'était autre que sa mère, parce que les raisons qui l'avaient poussées lui parraissaient légitimes. En effet, c'était un crime passionel qui avait poussé Mme McCormick à faire ce qu'elle avait fait. Amoureuse, elle n'a vu d'autre choix que de l'empoisonner lorsqu'elle a finit par apprendre qu'il la trompait.
    Sa tendresse envers sa mère n'en ait pas moins restée infinie pour sa part, et son petit frère, trop petit à l'époque pour comprendre, n'a jamais su la vérité. C'est ainsi que semble vraiment avoir débuté la vie de Mary, son plus vieux souvenir étant l'ambulance au girofare criant, venant essayer de remettre en son père une étincelle de vie... Pour déclarer assez vite que s'en était finit de lui.


    "Quinconque sauve une vie sauve le monde entier."
    Spielberg


    Le coupable ne fut pas démasquée de suite, et lorsqu'il le fut, parce qu'elle se rendit, horrifiée par son crime, une fois sûre de ne pas laisser ses enfants sans rien, le procès s'éternisa. Si bien qu'elle passa encore un long moment entre sa mère et un frère qu'elle détestait.
    Ce qu'elle préférait, c'était les ballades sur les falaises en leur compagnie. Le vent faisant virevolter ses cheveux, danser ses grands patalons de jeune fille, qui sifflait jusqu'à rendre sourd, soufflait jusqu'à étouffer, le bruit de l'eau sur les rochers, en contre bas, plus ou moins loin d'eux, les mouettes riants, à l'affut de poisson, et ce ciel, gris en hiver, bleu azur en été, ne faisant, à l'horizon, qu'un avec l'étendue d'eau salée... Un jour, peu de temps avant que sa mère ne soit emprisonnée, reconnue coupable mais avec des circonstances atténuantes, ils faisaient une dernière promenade sur l'un de leur chemin préféré, pas vraiment haut par rapport au niveau de la mer, mais magnifique autant de par sa flore que la vue qu'il offrait. Lorsque, par un coup de maladresse, de la part de son frère, Matthew, ou d'un vent un peu trop fort, ce dernier décida plus ou moins volontairement de piquer une tête au pied de la falaise, dans l'eau glacée.
    Le sang de la demoiselle ne fit qu'un tour et, l'espace d'un instant, elle oublia sa haine. Il fallait le sauver. Aisling était une grande sportive, s'étant essayé au kickoboxing, entre autre, et championne de natation à plusieurs reprises, aussi n'hésita-t-elle pas, et se mit en petite tenue, avant de plonger, malgré les cris de sa mère, qui, tant bien que mal, essayait de l'en dissuader; mieux vallait perdre un enfant que deux.
    Jamais elle ne regretta d'avoir sauvé son frère de la noyade, et d'une mort presque assurée... Mais sa haine ne disparu pas pour autant, comme elle détestait son grand-père, aurait sûrement détesté son père, et ne pouvait voir ses cousins.


    "Il n'y a point de [...] belles prisons."
    Gringore


    Ce qui devait arriver arriva. Sa mère partit en prison, et elle comme son frère à la DDAS, puis en famille d'accueil. Jusqu'à que l'on retrouve de la famille, côté maternel, une grande tante, un petit cousin, ou n'importe quoi d'autre. Dès lors, elle n'eut plus le choix, selon la DDAS elle devait être contente d'avoir encore un semblant de famille, et se réjouir de quitter foyer et famille d'accueil, alors que son frère même avait aterrit chez leur grand-père.
    Bien forcée, elle quitta donc le foyer, et les amis qu'elle commençait à se faire pour une nouvelle vie, alors qu'elle ne cessait de clamer que tout ceci n'était pas indispensable, et que bientôt sa mère sortirait de prison, et qu'elle s'occuperait elle-même d'elle jusqu'à ce qu'elle retrouve celle qui lui avait donné la vie.
    Seulement, elle ne fut écoutée, en effet, qui aurait pu écouter une gamine de dix ans? Elle fut donc transférée chez de la famille qu'elle n'avait jamais vu, et qu'elle était destinée bientôt à ne plus jamais la revoir.


    "Une vie qui cherche sa vie n'est pas une vie."
    Ménandre


    C'est dans une maison immense qu'elle fut accueillie, à bras ouvert par une dizaine de servants, tous plus polis et attentifs les uns que les autres, hypnotisés qu'ils étaient par l'air d'ange de la jeune fille, son visage encadré d'anglaise blonde, confectionnées pour l'occasion.
    Jamais, dans son souvenir, elle n'eut le loisir de visiter la demeure, ou même le jardin dans sa totalité, tant le terrain était grand, et son séjour bref. Cependant, elle prit là-bas de mauvaises habitudes, qu'elle développait déjà depuis toute petite, poussée par sa richesse et l'amour de sa mère. C'était une petite fille à qui l'on aurait sans aucun doute donné le bon Dieu sans confession, mais qui cachait un caractère fort; c'était une capricieuse arrogante qui aimait faire tourner son monde en bourrique (genre Violette dans Le Baron perché d'Italo Calvino, pour ceux qui l'auraient lus). Tout le monde, déjà à l'époque, était à ses pieds.
    Autant 'les enfants des forêts' comme elle les appelait, jeunes voleurs, qu'elle aidait souvent à piller champs et arboriseries, ou même les demeures allentour, tant qu'il ne touchait, chez elle, qu'à la nourriture en abondance. Par abondance, elle entendait au moins vingt pour les fruit, trente pour les gateaux et toutes les autres patisseries, etc... Les enfants étaient tous à ses pieds, et c'est à qui aurait le droit au regard de Sat' le plus long, le plus rieur ou le plus appuyé, la parole la plus douce, la plus amusante et amusée, ou le reproche le plus complice. Les servants lui obéissaient, parce qu'elle semblait adorable au premier coup d'oeil mais surtout parce qu'elle était leur maîtresse.
    Avec ses nouveaux parents légaux, en revanche, c'était une histoire différente. Son père n'était que très rarement là, marchand fortuné, il parcourait souvent les mers, mais était tout à fait conquis par la petite blonde, et son sourire digne de la plus grande actrice, il la couvrait d'amour comme de cadeaux, et de la tendresse qui lui manquait. Sa mère légale, quant à elle, s'enfermait des journées entières dans sa chambre ou dans la bibliothèque, avec du fil, des aguilles ou un homme, sortait le reste du temps, si bien qu'elle ne la voyait pas plus, cette femme était plus froide avec elle, presque distante, comme si elle voyait d'un mauvais oeil cet intrus qui piquait sa place de centre du monde.
    Et sous ses empressements auprès de son mari, la jeune femme finit par obtenir qu'elle quitte la maison... Mais là ne se situe pas, pour le moment, l'histoire.


    "L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant."
    Neruda


    C'était un jour de Juin plutôt très chaud, surtout pour les canadiens -car c'est au Canada que l'on l'avait envoyée- et, comme souvent, c'est sur une balançoire, un livre à la main, qu'elle passait sa journée, dans un vent frais attisé par ses mouvements rapides, ses anglaises blondes exceptionnelles volant sous les coups de la balançoire quand, tout à coup, aterrit dans son jardin une sorte de ballon, qu'elle observa quelques instants. Si on ne venait pas le demander, il deviendrait sien.
    Puis, bientôt, sur la palissade puis dans la cîme des arbres, deux têtes étaient apparues, l'une brune, l'autre blonde, d'enfants qui avaient à peu près son âge, et à qui elle n'accorda que peu d'importance, malgré sa curiosité, pour attiser la leur.
    Ils finirent par arriver près d'elle et sautèrent à terre alors que la jeune fille avait à nouveau le nez plongé dans son bouquin, comme si de rien n'était. Et ça ne loupa pas, devant cette figure assez étrange, les garçons restèrent un moment muets, se regardant par moment, ne comprenant pas vraiment ce qui se passait sous leur nez. Cette fille devait être bien sotte pour ne pas bouger d'un poil devant ces intrus.
    Enfin, ils se décidèrent à parler... Et ils furent bien vite détrompés. L'intelligence de la petite n'était pas à remettre en cause, elle avait même un divin sens de la répartie, mais elle ne semblait pas très intéressée par les deux petits hommes, qui se demandaient bien en vain pourquoi.
    Il n'en fallut pas plus que cette étrange personalité mystérieuse à Chris, l'un des deux enfants, d'un an son cadet, pour ne penser plus qu'à elle, ce qui était le but recherché. Elle, elle continuait à le faire tourner en bourrique, ce qui l'amusait fort, se moquant de lui, lui demandant tout et n'importe quoi, faisant toujours semblant de n'attacher que peu d'importance à la venue ou non du petit, se faisant attendre pendant des heures, dans des endroits de plus en plus fantaisistes... Et elle, doucement mais sûrement, s'attachait aussi au futur homme...

    Jusqu'au jour où... La jalousie de sa nouvelle mère fut la plus forte. Dès le matin, son père arriva, avec toute la douceur du monde, pour lui expliquer qu'ils avaient trouvés quelque chose pour elle, quelque chose de bien où elle pourrait s'épanouir, s'amuser, apprendre... Et il lui somma de faire ses valises, aussi rapidement que possible.
    Elle eut beau décréter qu'elle s'amusait assez ici, s'épanouissait parfaitement, le vieil homme ne l'écouta pas; ou, plutôt, ne pu l'écouter.


    "Partir c'est mourir un peu."
    Allais


    Justement, Chris, à cet instant, attendait depuis une bonne demi-heure déjà qu'elle veuille bien pointer le bout de son nez. Et lorsqu'elle sortit, ce fut entourée d'employés, et de dizaines de bagages chargés dans une voiture où bientôt elle monta, sans le moindre regard pour le petit garçon, bien seul et bien petit au mileu de ce parc.
    Ne supportant pas la situation actuelle et voulant comprendre, il lui demanda, criant jusqu'à se faire entendre de toute la région, où elle partait comme ça...
    Ce à quoi elle répondit, alors que la voiture commençait déjà à partir, à genoux sur son siège, l'observant par la vitre arrière.

    -En pension!

    Jamais plus elle ne revit les contrées canadiennes, ni cette famille... Et plus jamais elle ne voulu rencontrer de la famille qu'elle ne connaissait pas.


    "Faut-il vraiment transiter par tant de morts pour arriver à vivre?"
    Ouellette


    Longtemps ses pensées allèrent vers ce petit garçon brun, son premier amour jamais avoué... Et ce n'est que bien plus tard qu'elle apprit sa mort, après une chute sans fin de la cîme d'un arbre.

    Seulement quelques jours après son entrée en pension, elle reçut des nouvelles de sa mère comme suit: 'Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments dinstingués.' ces quelques mots pour elle ne veulent rien dire, pas d'explication, pas d'excuse, ni de solution, ce n'est pas vrai, pas réel, pas maintenant, pas tant qu'elle ne l'aura vu de ses propres yeux.
    Elle demande une permission pour se rendre à son enterrement, refusée car demandée trop tard... Ce n'est que des années plus tard qu'elle apprendra les conditions de mort de sa mère, et, par la même occasion, à détester son père. Mme Underwood était morte de l'hépatite C, transmise par son mari, elle-même transmise par son amante. Pour vice de procédure, elle n'avait pu être transférée dans un hôpital à temps, et était morte quelque jours plus tard...
    Ses années d'adolescence se passèrent ici, en pension. Elle y gagna un amour de la liberté et une indépendance à toute épreuve, et elle y perdit son arrogance comme ses caprices. Ce qui fit d'elle une femme délicieuse, avec une seule ambition: devenir nageuse professionelle.
    Lorsque à ses dix huit ans, âge où, enfin, elle pu sortir de ce maudit endroit pour commencer une vie, date à laquelle elle pu marquer orpheline sur ses papiers, et non plus le nom de responsables légaux qu'elle ne voyait plus depuis longtemps.

    Elle commença donc une carrière de nageuse, quelques mois seulement. Elle atteignait vite les sommets...
    Cependant, faire cela toute sa vie ne l'intéressait pas, et c'est vers autre chose qu'elle aurait aimé se diriger, sans savoir encore exactement quoi, poussée par les paroles de sa mère, qui regrettait son esprit sportif, car elle aurait pu suivre de longues études.
    ... Jamais pour elle la médecine ne s'imposa comme une évidence, il fallait pourtant bien qu'elle essaie des études.... Et c'est une rencontre, comme bien souvent, qui détermina son avenir.


    "Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin."
    Ben Jelloun


    Il était étudiant, d'un an plus âgé que lui et finissait sa première année de médecine avec succès -ce qui était rare.
    Mais c'est au bord d'une piscine qu'ils se rencontrèrent, un jour d'entrainement pour la jolie blonde, alors que le jeune homme ne faisait qu'entretenir son corps.Ils parlèrent longuement, zappant pour le coup les heures d'entrainement réglementaire, se quittant avec la promesse de se revoir, le lendemain, en un crénau horaire moiins contraignant.
    ... Quelques jours plus tard, c'est à l'Université qu'elle se retrouva, où elle accompagnait son nouvel ami.. L'ambiance autant que le contenu du cours l'intéressa, pour le coup, même pluis que l'homme à ses côté, et sa profession fut toute trouvée.
    Alors que côté sentimental elle n'eut qu'à se réveiller un beau matin en se rendant compte que c'était plus que de l'amitié qu'elle épprouvait pour son meilleur ami, le nageur étudiant, du nom de Wyatt.

    Leur idylle commença peu de temps après cette découverte. Leur histoire dura deux ans. Deux ans d'amour, de passion, de vie commune, le projet de se marier à l'esprit...
    Mais tout ne se passa pas comme désiré.


    "J'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup de joie,
    C'est parfois une question de chance, souvent une histoire de choix."
    Grand Corps Malade


    Wyatt avait un ami, son meilleur ami, du nom d'Owen. C'était un homme grand, blond, musclé, un de ses camarades de classe qu'il connaissait depuis de longues années.
    Un homme tout à fait charmant et qui, malheureusement pour la jeune femme, savait exactement comment arriver à ses fins. Si bien que deux semaines durant, elle trompa Wyatt avec cet homme, sous le nez de son homme, qui se doutait bien que quelque chose n'allait pas.

    Un soir, il eut le malheur de descendre boire, et de découvrir que le portable de la jolie blonde s'éclairait dans son sac. Après s'être dirigé vers le frigo et s'être servi une eau pétillante, il fouilla dans le sac, à la recherche de l'objet qui servait à Ai' pour communiquer.
    Il le trouva. Et se permit, en voyant des appels manqués de son meilleur ami, de consulter le message vocal dont voici les termes:

    'Lily? C'est moi... Tu me manques... Je t'aime... Quitte-le, s'il te plaît, je ne pourrais vivre sans toi... Je quitterai ma femme.. Je t'aime, rappelle moi.'

    Le message secoua au plus haut point le jeune homme qui déboula en trombe dans leur chambre où, sans savoir ce qu'il se passait, elle dormait tranquillement. Il la réveilla en sursaut, le téléphone à la main, avant de s'exprimer en ces termes:

    'On va jouer à un jeu... On va écouter ton répondeur... Et tu vas me dire la p*tain de vérité!'

    Quelques heures après, elle se retrouvait dehors, dans le froid, ses affaires sous le bras, sans plus aucune habitation.
    Elle passa la nuit à l'hôtel et dès le lendemain recontacta Owen, avec qui elle vécut une courte histoire d'amour, alors que tout le monde le tenait pour responsable de ce qu'il s'était passé, sans chercher à mettre Marilyn en cause.
    Leur histoire se termina brutalement lorsque la femme d'Owen lui pardonna et qu'il la lâcha, pour retourner à ses côtés... Sorte de vengeance, leur mariage ne tint pas le coup, et ils divocèrent peu après.


    Jamais depuis sa plus tendre enfance la demoiselle a aimé les sentiments qui unissaient les Hommes aux Hommes, mais depuis cette épisode là, elle ne veut plus le moindre lien avec qui que ce soit, par peur, avant tout, de souffrir à nouveau.... D'autant plus que sa vision du monde assez étrange et impartiale ne l'encourage pas à aller vers les autres.
    Pourtant, tout le monde l'apprécie pour sa joie à toute épreuve et la chaleur qu'elle dégage.

    Elle reçut son diplôme avec des résultats très bons, et de bonnes appréciations, étant arrivée finalement après beaucoup de recherche, à faire un métier qui lui plaisait, médecin interniste.


Dernière édition par Aisling M. McCormick le Lun 2 Aoû - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teddy Altman
Non qualifié
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 1:12

Bouyaaaaaaaaaaaaaaaaah Un roman ^^ J'aime ça lol...Bienvenue ici, je te laisse finir ta fiche et je lirai le tout, je préfère xD...

Bonne continuation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikael Ludwitz
Non qualifié
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/12/2009

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 9:37

bienvenue parmis nous j'espère que tu te plairas sur ce forum. Si tu as des problèmse ou des questions n'hésites pas à venir nous en parler.

Nous repasserons te validé une fois ta fiche finit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shennen Deywer
Non qualifié
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 25
Localisation : Seattle

Feuille de personnage
→ What Else ?:

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 11:03

Ouah!! Tu as l'inspiration!!!
Bienvenue parmis nous!!
Au plaisir de faire un sujet avec vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Cooper
Non qualifié
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 12:09

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Owen Hunt
Titulaire En Cardio/Trauma
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 30
Localisation : ici

Feuille de personnage
→ What Else ?:

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 12:58

Wouaww super la présentation ^^

bonne continuation et j'espére que tu te plaira parmis nous ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aisling M. McCormick
Non qualifié
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 21:13

    Merci à tous Very Happy (Et merci encore pour les compliments sur ma présentation Wink )

    Je crois que ma fiche est à présent terminée, si je ne m'abuse ^^

    Quant à Shennen, je serais ravie de faire un topic avec toi, dès que tu en auras l'envie Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikael Ludwitz
Non qualifié
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/12/2009

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 22:52

ta fiche est parfaite tu es validé tu peux commencer à jouer

Amuses toi bien sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aisling M. McCormick
Non qualifié
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 23:12

    Th'nks ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikael Ludwitz
Non qualifié
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/12/2009

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 23:12

au plaisir de faire un sujet avec toi à l'occasion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aisling M. McCormick
Non qualifié
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 23:42

    Ce sera avec grand plaisir quand tu le voudras Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikael Ludwitz
Non qualifié
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/12/2009

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 23:43

tu veux qu'on le débute ce soir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aisling M. McCormick
Non qualifié
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 23:51

    Ce serait avec joie^^

    Je peux le commencer si tu veux Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mikael Ludwitz
Non qualifié
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 09/12/2009

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Lun 2 Aoû - 23:53

je te laisse le commencer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aisling M. McCormick
Non qualifié
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Mar 3 Aoû - 0:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shennen Deywer
Non qualifié
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 25
Localisation : Seattle

Feuille de personnage
→ What Else ?:

MessageSujet: Re: Aisling (UC)   Mar 3 Aoû - 15:07

On peut le commencer maintenant si tu veux. Le topic!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aisling (UC)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aisling (UC)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peter TREMAYNE (Royaume-Uni)
» Elina Aisling Grantham, District Un
» Victoria (ND Raspberry)-Aisling (Dust of Doll Meel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Grey's Anatomy - The New Life :: Au commencement :: Présentation-
Sauter vers: